Promouvons le Made in Provence

savons de MarseilleINPI: Sauvons le Savon de Marseille !

Adrien Sergent

Ne laissons pas les grandes entreprises et laboratoires cosmétiques nous voler notre savon de Marseille ! Ensemble défendons ce symbole de notre patrimoine provençal !

En décembre 2012 j’ai lancé une pétition pour sauver le savon de Marseille et empêcher la fermeture du « Fer à Cheval », l’une des dernières savonneries marseillaises. Quelques mois plus tard, grâce à la formidable mobilisation citoyenne de plus de 21 000 signataires, ce fut la victoire, l’usine le Fer à Cheval a été sauvée et une procédure de création d’IGP pour protéger le savon de Marseille a été voté au Parlement !

Mais aujourd’hui le savon de Marseille est de nouveau en grand danger ! Une association regroupant l’Occitane de Provence et d’autres laboratoires cosmétiques ont déposé leur propre cahier des charges pour l’IGP (Indication Géographique Protégée) qui ne respecte pas la recette originale du savon de Marseille. Imaginez, ils proposent de pouvoir faire du savon de Marseille en dehors de la zone géographique historique des Bouches-du-Rhône! Plus grave encore, selon eux il serait possible de faire du savon de Marseille sans huile d’olive (ils pourraient la remplacer notamment par de l’huile de palme !) et sans même forcement respecter le procédé traditionnel de fabrication en chaudron !

Si ce cahier des charges est adopté cela serait une véritable catastrophe pour les consommateurs, qui seraient trompés en pensant acheter du vrai savon de Marseille alors qu’ils ne feraient qu’obtenir un vulgaire savon industriel. Comment les savonneries provençales qui respectent l’authentique recette du savon de Marseille pourraient elles faire face à cette concurrence déloyale ? Comment pourraient-elles rivaliser en terme de prix avec des savons bourrés de produits chimiques ? Elles qui respectent scrupuleusement le procédé de fabrication traditionnel en chaudron, produit dans les Bouches-du-Rhône et mettent plus de 72% d’huile d’olive dans leurs savons !

Nous ne pouvons et nous ne devons pas accepter que cette IGP donne le droit aux laboratoires cosmétiques d’usurper l’image du savon de Marseille auprès des consommateurs !

La situation des savonneries provençales était déjà fragilisée par le dumping social et écologique exercé par des sociétés étrangères qui inondent le marché de contrefaçons, si en plus de cette injustice existante s’ajoute une nouvelle concurrence déloyale mais cette fois ci au sein même de la France, ce serait le signe de l’arrêt de mort de la fabrication traditionnelle du savon de Marseille et le risque de faire fermer les dernières savonneries provençales.

L’enquête publique est en cours et elle se terminera dans les mois à venir, il nous reste donc peu de temps pour réussir à faire changer les choses ! L’urgence de la situation appelle à une mobilisation massive des citoyens pour sauver le savon de Marseille et les savonneries provençales !

Ensemble, mettons en place une IGP réservant le nom, le logo et l’image de marque associée au «savon de Marseille» aux entreprises respectant une charte de qualité, charte définie selon trois critères, parfaitement bien décrit par «l’Union des Professionnels du Savon de Marseille»: la composition, le procédé de fabrication et l’origine géographique !

Nous demandons que les pouvoirs publics mettent en place cette authentique IGP qui protège les savoirs-faire ancestraux des savonneries provençales et les qualités de la recette authentique du savon de Marseille, l’IGP ne doit pas être un outil pour que les grandes entreprises cosmétiques dénaturent le savon de Marseille, au contraire l’IGP doit être un nouveau départ qui permette de faire prospérer l’authentique savon de Marseille et faire développer les savonneries provençales dont certaines sont en activité depuis plus de 160 ans.

Que tous ceux qui veulent protéger notre savon de Marseille, signent cette pétition et la partagent autour d’eux ! Ensemble promouvons le «Made in Provence».

Signez la pétition.

Pour en savoir plus sur notre campagne citoyenne nous vous invitons à :

Likez notre page Facebook => https://www.facebook.com/CollectifMadeInProvence

Suivre notre compte Twitter => https://twitter.com/ProvenceMouv

 

Le véritable Savon de Marseille est en danger ! Participons à l’enquête publique pour le sauver !

savon de marseille12 déc. 2015 — En Décembre 2012 j’ai lancé une pétition pour sauver le Savon de Marseille et empêcher la fermeture du « Fer à Cheval », l’une des dernières savonneries marseillaises, quelques mois plus tard, grâce à la formidable mobilisation citoyenne de plus de 21 000 signataires, ce fut la victoire, l’usine le Fer à Cheval à été sauvé et une procédure de création d’IGP pour protéger le Savon de Marseille a été voté au Parlement !

Mais aujourd’hui le Savon de Marseille est de nouveau en grand danger car l’IGP risque d’être dévoyé ! Une association regroupant l’Occitane de Provence et d’autres laboratoires cosmétiques ont déposé leur propre cahier des charges s’accaparant l’IGP (Indication Géographique Protégée) en déposant un dossier qui ne respecte pas la recette originale du Savon de Marseille, imaginez, ils proposent de pouvoir faire du Savon de Marseille en dehors de la zone géographique historique des Bouches du Rhône, plus grave encore, selon eux il serait possible de faire du Savon de Marseille sans huile d’olive (ils pourraient la remplacer notamment par de l’huile de palme !) et sans même forcement respecter le procédé traditionnel de fabrication en chaudron !

Nous citoyens, devons participer à l’enquête publique car il est très important que les laboratoires pharmaceutiques ne dénaturent pas le Savon de Marseille et que la recette authentique des savonneries provençale soit protégée ! Le temps presse il ne reste plus que 9 jours pour faire entendre la voix des citoyens avant la clôture de l’enquête publique !

Pour réussir à sauver le Savon de Marseille et les savonneries provençales une seule chose à faire : Participer à l’enquête publique en déposant votre avis dès maintenant pour dire NON aux faux Savons de Marseille et OUI à la recette originale des savonneries provençales via le lien suivant => http://www.inpi.fr/fr/indications-geographiques/indications-geo/details-ig/ig/savon-de-marseille.html

Déposez votre avis pour protester contre cette fausse IGP c’est très simple et ça prend quelques minutes à peine :

1. Rendez-vous sur le lien suivant puis cliquez sur la phrase en rose « Formuler une observation » : http://www.inpi.fr/fr/indications-geographiques/indications-geo/details-ig/ig/savon-de-marseille.html
2. Remplissez les informations demandées à l’écran et ajoutez votre avis dans l’espace « Description de l’observation »
3. Dans la partie « Nature de l’avis », n’oubliez pas de choisir l’option « Défavorable » afin de bien montrer votre opposition à cette fausse recette qui trahit les qualités du véritable Savon de Marseille.
4. Saisissez le contenu du « Capcha » en bas à gauche pour valider votre contribution puis cliquez ensuite sur le bouton « Envoyer » !

Nous vous remercions d’avance pour votre mobilisation citoyenne ! Cette action vous prendra quelques minutes à peine et sera d’une grande importance pour faire entendre la voix des défenseurs de l’authentique Savon de Marseille !

Nous avons besoin de vous car le temps presse ! Il ne reste plus que 9 jours avant la clôture de l’enquête publique ! Il est donc urgent d’agir pour sauver l’authentique Savon de Marseille et les savonneries provençales qui pour certaines sont en activité depuis plus de 160 ans ! C’est un morceau du patrimoine provençal qui est aujourd’hui en danger!

Ensemble, en étant unis et mobilisés nous pourrons réussir à sauver le véritable Savon de Marseille !

Adrien SERGENT

Marseille, France

Made in France. Dupont-Aignan propose des mesures pour le favoriser

  • Nicolas Dupont-Aignan propose des mesures pour favoriser le « made in France ». | Reuters

Le député souverainiste de l’Essonne Nicolas Dupont-Aignan, en visite vendredi au salon « made in France expo 2014 », a fait plusieurs propositions pour développer la production en France.

Dans un communiqué, Nicolas Dupont-Aignan suggère notamment d’« obliger les collectivités publiques à privilégier les achats de produits français et européens » ou d’« établir un étiquetage précis des produits de grande consommation permettant aux consommateurs de connaître la part de « Fait en France » de chaque bien », mais aussi de « contrôler véritablement le respect des normes des produits importés ».

Plan fiscal

Sur le plan fiscal, le président de Debout la France entend « diviser par deux l’impôt sur les sociétés portant sur les bénéfices réinvestis sur le sol français » ou d’« orienter l’épargne, le crédit et le capital vers le financement des PME/TPE en autorisant la déduction de l’ISF ou de l’impôt sur le revenu de la moitié des sommes investies par les particuliers dans l’économie productive pour des entreprises investissant en France ».

Autres mesures

Parmi les autres mesures, le maire de Yerres, dans l’Essonne, veut « supprimer la directive sur les travailleurs détachés » mais aussi une « loi de promotion des petites entreprises » pour « simplifier toutes les démarches administratives », « exonérer de charges sociales pendant cinq ans le recrutement en CDI d’un chômeur de longue durée par une TPE ou une PME », « suspendre les contributions françaises au budget de l’UE lorsque celui-ci finance les délocalisations d’entreprises », et enfin « transformer l’euro en monnaie de réserve » et « permettre la création d’un nouveau système monétaire européen ».

D’après lui, « le pacte de responsabilité et le crédit d’impôt compétitivité emploi (CICE) mis en place par le gouvernement réduisent les charges de façon uniforme et déversent des milliards d’euros pour des secteurs protégés comme la Poste, le secteur bancaire ou celui de la grande distribution ».

http://www.ouest-france.fr/

Nicolas Dupont-Aignan apporte son soutien aux artisans taxis

Aujourd’hui les taxis manifestent pour leur survie. Au moment où l’emploi est partout menacé, il est indispensable de défendre cette profession. Or avec la loi de financement de la Sécurité sociale 2013, le gouvernement a condamné la profession. Les procédures d’appels d’offres pour les transports de malades décidés par le gouvernement vont introduire une concurrence déloyale de la part de grands groupes comme Veolia.

Une fois encore le gouvernement fait le choix des intérêts de grands groupes multinationaux plutôt que de défendre les PME et les artisans. On sait très bien comment cela va se passer. Les grands groupes vont tirer les prix à la baisse, poussant à la disparition les taxis en milieu rural notamment. Puis, une fois en situation de monopole privé, ils vont augmenter leurs tarifs pour engranger des profits gigantesques sur le dos des contribuables.

En pensant faire des économies à court terme, le gouvernement non seulement condamne une profession, mais va à moyen terme creuser le trou de la Sécurité sociale. Nous allons donc perdre sur tous les tableaux.

J’apporte mon soutien total aux artisans taxis qui luttent aujourd’hui pour une concurrence loyale et à armes égales.

Nicolas Dupont-Aignan