Grande-Bretagne: des policières bientôt en burqa dans les rues de Birmingham?

femme-en-burqa

La police britannique du comté de Birmingham envisage de permettre aux agents musulmanes de porter la burqa, pour développer la diversité dans ses rangs et atteindre 30% d’officiers issus des minorités.

Après le hijab, la burqa. La police métropolitaine a déjà approuvé le hijab – qui ne couvre pas le visage – comme uniforme il y a une dizaine d’années. L’Ecosse a elle annoncé en août qu’il était devenu une partie optionnelle de l’uniforme.

La police du comté de West Midlands (Birmingham) veut aller plus loin: autoriser les femmes de confession musulmane à porter la burqa pendant leur service. Objectif : atteindre 30% d’officiers issus de minorités contre 9% actuellement.

— Dave (@DaveyOnline) 9 septembre 2016

«Nous aurions besoin de considérer nos propres règles et sensibilité culturelle. Il est clair que nous ne sommes pas opposés à la burqa. Actuellement, nous n’avons pas eu de demandes de recrues potentielles à porter la burqa, mais si une telle requête avait lieu, ce serait à prendre en considération», a déclaré le chef de police David Thompson au Telegraph.

tweet-police-burmingham

La police de West Midlands, rapporte le Daily Mail, a lancé sa campagne de recrutement début septembre. 6.000 personnes ont postulé pour 1.100 postes. Sa politique sur les BME (Black and minority ethnic) lui a valu d’être reconnue comme l’un des employeurs les plus favorables à l’intégration, classée 7e du Top 50 par le jury britannique décernant le Prix d’excellence en matière de diversité.

Par Lucile André

http://m.geopolis.francetvinfo.fr/grande-bretagne-des-policieres-bientot-en-burqa-dans-les-rues-de-birmingham-117761

Enseignement de l’Arabe en CP : lettre ouverte à un ministre de la République

najat_vallaud_belkacem_afp_4_01_1Lettre ouverte. A l’initiative de Julien Aubert, député Les Républicains de Vaucluse, une vingtaine de députés cosignent une lettre ouverte à Najat Vallaud-Belkacem. Ils accusent : « Vous proposez que l’école de la République intègre les petits descendants d’immigrés nord-africains en leur enseignant la langue de leurs origines, plutôt que celle de leur pays d’accueil« .

 

Madame le Ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche,

Il fut une époque où l’école de la République, «le seul bien de celui qui n’a rien » comme disait Jaurès, s’enorgueillissait d’apprendre à ses élèves à lire, écrire et compter. Une parfaite maîtrise de la langue française était considérée comme indispensable pour s’élever dans la hiérarchie sociale et nos instituteurs de jadis étaient intraitables : l’oubli d’un point sur un i suffisait à perdre un demi-point sur la note finale.

Ne pouvant que constater que l’époque a bien changé, que des futurs bacheliers peinent à écrire correctement leur propre nom, et que le texto est plus pratiqué que la poésie, on aurait pu penser que vous déclencheriez un plan ORSEC pour le français. Au lieu de cela, et en dépit d’études qui montrent qu’une mauvaise maîtrise de l’orthographe est sévèrement jugée par les recruteurs sur le marché de l’emploi, vous avez préféré parrainer des initiatives sur la simplification de l’orthographe ou les «stéréotypes genrés » de la langue.

Dans un contexte où des millions de Français se questionnent sur leur identité collective, où les tensions sociales et communautaires se font de plus en plus pesantes, vous proposez l’apprentissage de la langue arabe dans le primaire, dès le CP. Sur le plan de la méthode, qu’il s’agisse de l’anglais, de l’italien ou de l’arabe, c’est une décision stupide : la priorité est d’abord d’apprendre la langue de la République, avant de vouloir échanger avec le monde. La France n’est pas un «pays monde », détaché d’un substrat culturel, et l’école n’est pas là pour former des voyageurs ou des apatrides, mais des citoyens. Des citoyens qui comprennent et respectent les lois de leur pays, rédigées en français depuis l’édit de Villers-Cotterêts.

Sur le plan politique, votre initiative est un chiffon rouge pour tous ceux qui s’alarment de l’islamisation des banlieues, de notre incapacité à digérer trente années d’immigration, dont une forte partie d’origine nord-africaine, et de la perte des repères. Vous proposez en somme, que l’école de la République intègre les petits descendants d’immigrés nord-africains en leur enseignant la langue de leurs origines, plutôt que celle de leur pays d’accueil. Vous fracturez doublement, en jetant du sel sur des plaies vives de l’opinion publique, et en actant le fait que l’intégration par la langue française n’est pas la seule et unique voie.

Vous qui êtes le fruit de cette histoire et de ce métissage, vous qui avez suivi un parcours d’excellence, vous qui pourriez être un symbole de l’assimilation et de la méritocratie, qui furent le projet de la République depuis son origine, vous devez servir d’exemple, et non pas trahir les mânes de Jules Ferry. Votre parcours comme modèle pour la jeunesse de France ne vous crée que des devoirs envers celle-ci.

  • M. Julien Aubert
  • M. Bernard Accoyer
  • Mme Valérie Boyer
  • M. Jean-Louis Christ
  • M. Philippe Cochet
  • M. Jean-Louis Costes
  • M. de Ganay
  • Mme Laure de La Raudière
  • M. Charles de La Verpillière
  • M. Jean-Pierre Decool
  • M. Nicolas Dhuicq
  • Mme Sophie Dion
  • M. Sauveur Gandolfi-Scheit
  • Mme Véronique Louwagie
  • M. Lionnel Luca
  • M. Yannick Moreau
  • M. Jacques Myard
  • M. Axel Poniatowski
  • Mme Josette Pons
  • M. Paul Salen
  • M. Fernand Siré
  • M. Alain Suguenot
  • M. Jean-Charles Taugourdeau
  • M. Jean-Marie Tétart
  • M. Jean-Sébastien Vialatte
  • M. Philippe Vitel
  • M. Michel Voisin

http://www.valeursactuelles.com/

Photo : Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Education nationale. Photo © AFP

Le véritable Savon de Marseille est en danger ! Participons à l’enquête publique pour le sauver !

savon de marseille12 déc. 2015 — En Décembre 2012 j’ai lancé une pétition pour sauver le Savon de Marseille et empêcher la fermeture du « Fer à Cheval », l’une des dernières savonneries marseillaises, quelques mois plus tard, grâce à la formidable mobilisation citoyenne de plus de 21 000 signataires, ce fut la victoire, l’usine le Fer à Cheval à été sauvé et une procédure de création d’IGP pour protéger le Savon de Marseille a été voté au Parlement !

Mais aujourd’hui le Savon de Marseille est de nouveau en grand danger car l’IGP risque d’être dévoyé ! Une association regroupant l’Occitane de Provence et d’autres laboratoires cosmétiques ont déposé leur propre cahier des charges s’accaparant l’IGP (Indication Géographique Protégée) en déposant un dossier qui ne respecte pas la recette originale du Savon de Marseille, imaginez, ils proposent de pouvoir faire du Savon de Marseille en dehors de la zone géographique historique des Bouches du Rhône, plus grave encore, selon eux il serait possible de faire du Savon de Marseille sans huile d’olive (ils pourraient la remplacer notamment par de l’huile de palme !) et sans même forcement respecter le procédé traditionnel de fabrication en chaudron !

Nous citoyens, devons participer à l’enquête publique car il est très important que les laboratoires pharmaceutiques ne dénaturent pas le Savon de Marseille et que la recette authentique des savonneries provençale soit protégée ! Le temps presse il ne reste plus que 9 jours pour faire entendre la voix des citoyens avant la clôture de l’enquête publique !

Pour réussir à sauver le Savon de Marseille et les savonneries provençales une seule chose à faire : Participer à l’enquête publique en déposant votre avis dès maintenant pour dire NON aux faux Savons de Marseille et OUI à la recette originale des savonneries provençales via le lien suivant => http://www.inpi.fr/fr/indications-geographiques/indications-geo/details-ig/ig/savon-de-marseille.html

Déposez votre avis pour protester contre cette fausse IGP c’est très simple et ça prend quelques minutes à peine :

1. Rendez-vous sur le lien suivant puis cliquez sur la phrase en rose « Formuler une observation » : http://www.inpi.fr/fr/indications-geographiques/indications-geo/details-ig/ig/savon-de-marseille.html
2. Remplissez les informations demandées à l’écran et ajoutez votre avis dans l’espace « Description de l’observation »
3. Dans la partie « Nature de l’avis », n’oubliez pas de choisir l’option « Défavorable » afin de bien montrer votre opposition à cette fausse recette qui trahit les qualités du véritable Savon de Marseille.
4. Saisissez le contenu du « Capcha » en bas à gauche pour valider votre contribution puis cliquez ensuite sur le bouton « Envoyer » !

Nous vous remercions d’avance pour votre mobilisation citoyenne ! Cette action vous prendra quelques minutes à peine et sera d’une grande importance pour faire entendre la voix des défenseurs de l’authentique Savon de Marseille !

Nous avons besoin de vous car le temps presse ! Il ne reste plus que 9 jours avant la clôture de l’enquête publique ! Il est donc urgent d’agir pour sauver l’authentique Savon de Marseille et les savonneries provençales qui pour certaines sont en activité depuis plus de 160 ans ! C’est un morceau du patrimoine provençal qui est aujourd’hui en danger!

Ensemble, en étant unis et mobilisés nous pourrons réussir à sauver le véritable Savon de Marseille !

Adrien SERGENT

Marseille, France

Anthony Mitrano avec Eric Zemmour à Nice le 3 février 2015

9Dans le cadre de la conférence tenue par Eric Zemmour au Centre Universitaire Méditerranéen à Nice le 3 février 2015, à 16h, Anthony Mitrano a pu échanger quelques instants avec le fameux polémiste …  

 

Un premier petit échange qui l’amusa quelque peu , lorsque je lui ai demandé une dédicace pour « le tiers qui est resté ». En effet , comme il l’explique dans son livre « Le Suicide Français » reprenant ainsi une thèse de l’historien Pierre Milza, seul un tiers des immigrés italiens arrivés entre 1870 et 1940 en France sont finalement restés. Les autres sont retournés en Italie, tordant ainsi le coup à l’idée que l’intégration des italiens fut une dolce vità. 4   5                                                                                                        

8

Puis un deuxième échange informel, se trouvant dans le Centre Universitaire Méditerranée pour sa conférence, je voulais connaitre ce qu’il pensait du musée qui se voulait être « LE » Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée, autrement dit le Mucem à Marseille… Apparemment il n’a pas été plus convaincu que moi par la pertinence historique et pédagogique d’un musée qui mélange à peu près tout, qui n’évoque pas certaines civilisations majeures et dont le message est plus que confus. 

dédicace

Merci pour tout Monsieur Zemmour et bon courage pour la suite, parce qu’il va vous en falloir !