76e ANNIVERSAIRE DE L’APPEL DU GÉNÉRAL DE GAULLE – Samedi 18 Juin 2016 à 17h30 – Place du Général de Gaulle

Adolphe COLRAT
Préfet
des Alpes-Maritimes
Christian ESTROSI
Président de la Région
Provence-Alpes-
Côte d’Azur
Président de la Métropole Nice Côte d’Azur
Éric CIOTTI
Député
Président
du Département
des Alpes-Maritimes
Philippe PRADAL
Maire de Nice

vous prient de bien vouloir assister à la cérémonie

à l’occasion du 76e anniversaire
de l’Appel du Général de Gaulle

LE SAMEDI 18 JUIN 2016 À 17 HEURES 30

en présence de

Le Colonel Jean-Pierre BEDU
Délégué Militaire Départemental des Alpes-Maritimes

Le Lieutenant-Colonel
Marie-Christine FIX

Délégué Départemental des Alpes-Maritimes
Fondation de la France Libre
Jean-Marie GHIBAUDO
Président de l’Association des Amis
de la Fondation de la France Libre Alpes-Maritimes

L’ensemble des Associations d’Anciens Combattants et Victimes de Guerre

1

Anthony Mitrano aux obsèques de Charles Pasqua à Grasse

cercueilporte drapeaux

Anthony Mitrano à la cérémonie religieuse donnée en l’honneur de Charles Pasqua, en la cathédrale du Puy à Grasse, le mardi 7 juillet 2015.

 

 

Anthony Mitrano, de dos, derrière les porte-drapeaux, attendant l’arrivée du cercueil de Charles Pasqua.

registre

 

 

 

 

 

 

Message Mitrano 2
Message laissé par Anthony Mitrano, sur le registre en la mémoire de Charles Pasqua.

cathédrale

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La cathédrale du Puy à Grasse où eu lieu l’office religieux en mémoire de Charles Pasqua.

Sarkozy & co

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Présents au premier rang de cette cérémonie et visibles sur cette photo, notamment Monsieur Nicolas Sarkozy et Madame Bernadette Chirac. Photo correspondant à l’angle de vue où été assis Anthony Mitrano.

Sarkozy

 

Photo du Président Nicolas Sarkozy lors de son discours, prise de la place occupée par Anthony Mitrano.

cercueil

Sortie du cercueil de Charles Pasqua à la fin de la cérémonie. Nous pouvons y voir notamment Anthony Mitrano sur la haie d’honneur à droite de la photo.

Mitrano cathédrale

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Anthony Mitrano, à la sortie de la cérémonie religieuse des obsèques de Charles Pasqua en la cathédrale du Puy à Grasse.

Le cercueil est ensuite emmené au cimetière Sainte Brigitte de Grasse, où repose ainsi à jamais Charles Pasqua.

Hommage à Charles Pasqua

Charles PasquaSuite à la disparition hier de Charles Pasqua, j’ai une pensée émue pour celui avec  dont la vie ne fut pas étrangère à la mienne.

Grassois de naissance comme je le suis moi-même, résistant dans la vallée de la Siagne comme le fut mon grand oncle, c’est surtout ses valeurs et ses combats que je partageais avec ce méridional à la faconde malicieuse. Digne représentant de l’autorité républicaine lorsqu’il fut ministre de l’Intérieur à deux reprises, il restera dans ma mémoire avant tout, comme le gaulliste patriote et fervent défenseur de l’Europe des Patries contre l’Europe supranationale de Maastricht et de la Constitution européenne.

L’ironie de la vie le fait ainsi décéder à six jours d’un référendum où le peuple  grec doit se prononcer sur le maintien de l’austérité pour leur pays en validant ou non un énième accord européen.  Il n’est pas à douter que s’il avait dû voter dimanche, Charles Pasqua aurait voté NON, c’est-à-dire pour le vote qui pourrait amener la Grèce à sortir de la zone euro et donc la conduire à retrouvé sa liberté politique et monétaire.

Ainsi, le beau combat que Charles Pasqua a porté tout au long de sa vie pour une France libre et éternelle, continue après sa mort.

Anthony Mitrano

Pétition pour le retour de Napoléon dans les programmes de CM2

Nap CM2Alors que l’Europe entière commémore aujourd’hui la bataille de Waterloo, défaite historique de Napoléon qui a bouleversé le cours de l’Histoire de la France et de l’Europe, la ministre de l’Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem fait subir à l’empereur une nouvelle humiliation en le bannissant totalement des programmes d’Histoire de CM2.
Auparavant, les élèves du primaire étudiaient ce passage de notre histoire, sous des intitulés de thèmes qui ont varié au gré des réformes : « 1804 : Napoléon Ier, empereur des Français » ou « Le Premier Empire : les grandes réformes de Napoléon Bonaparte« .
Avec la réforme des programmes scolaires commandée par le Ministre de l’Education, toute la partie consacrée aux épopées napoléoniennes, à l’Empire et à la Restauration est supprimée.
Désormais, les élèves passeront de l’étude de la révolution française à celle de la troisième République. Plus de cent ans de l’Histoire de France sont ainsi condamnés aux oubliettes.

Avec l’UNI et l’observatoire des programmes scolaires, je demande la suppression de la réforme des programmes scolaires qui, à coup de rabots partisans et idéologiques, réécrit l’Histoire de France à l’encre de la bien-pensance et de la repentance.

Pour signer la pétition, cliquez ici.

Nap CM2

Génocide des Arméniens : nous n’avons pas le droit d’oublier

génocide arménieVoilà 100 ans, l’Empire ottoman commettait un des plus odieux génocides qui ont ensanglanté le XXème siècle : celui des Arméniens, impitoyablement pourchassés et exterminés par une soldatesque qui, hélas, avait déjà par ses innombrables exactions perpétrées dans les Balkans depuis le siècle précédent, soulevé l’indignation générale en Europe.

En l’espace de quelques mois, ce sont pas moins des deux tiers de la population arménienne de l’Empire turc – soit un million et demi de personnes – qui sont systématiquement massacrées par déportation, famine, épuisement, mauvais traitements, fusillades…

Les Turcs, alors impliqués dans la première Guerre mondiale aux côtés des puissances centrales, allèguent que leurs victimes auraient trahi au profit des Russes. Mais bien entendu personne ne croit à cette fable, tant l’ampleur des massacres et leur étendue ne cadrent aucunement avec cette version.

Tout au contraire, c’est à une opération planifiée en plus haut lieu qu’on a affaire. Le gouvernement dominé par le parti Jeune turc, modernisateur mais imbu d’un nationalisme ultra et revanchard, prépare et exécute dans ses moindres détails un génocide systématique, s’adjoignant le concours de prisonniers de droit commun libérés pour la circonstance et de supplétifs kurdes. A bien des égards, ces massacres rationalisés, cruels et barbares, anticipent les « opérations spéciales » de l’Allemagne nazie en Europe centrale et orientale, un quart de siècle plus tard. D’ailleurs, plusieurs officiels allemands, civils et militaires, mettent directement la main à la pâte et y font, pour ainsi dire, leurs « classes » puisqu’on les retrouvera quelques années plus tard dans les rangs de la SS…

Le centenaire de cette effroyable tragédie offre ainsi l’occasion de se souvenir d’un jalon important de notre tragique XXème siècle. Il serait d’ailleurs temps que la Turquie, qui persiste à refuser, avec arrogance et irascibilité, toute reconnaissance du génocide arménien, change d’attitude… Un génocide qu’elle prétend même interdire de reconnaissance hors de ses frontières, comme en a encore récemment témoigné l’incident diplomatique avec le Pape qui a osé, ô suprême audace !, utiliser ce mot interdit… L’existence même de négociations d’adhésion de la Turquie à l’UE dans ces conditions, constitue une insulte scandaleuse pour la mémoire des centaines de milliers de victimes arméniennes – enfants, femmes, vieillards et hommes – mortes il y a tout juste un siècle.

Nicolas Dupont-Aignan