Grande-Bretagne: des policières bientôt en burqa dans les rues de Birmingham?

femme-en-burqa

La police britannique du comté de Birmingham envisage de permettre aux agents musulmanes de porter la burqa, pour développer la diversité dans ses rangs et atteindre 30% d’officiers issus des minorités.

Après le hijab, la burqa. La police métropolitaine a déjà approuvé le hijab – qui ne couvre pas le visage – comme uniforme il y a une dizaine d’années. L’Ecosse a elle annoncé en août qu’il était devenu une partie optionnelle de l’uniforme.

La police du comté de West Midlands (Birmingham) veut aller plus loin: autoriser les femmes de confession musulmane à porter la burqa pendant leur service. Objectif : atteindre 30% d’officiers issus de minorités contre 9% actuellement.

— Dave (@DaveyOnline) 9 septembre 2016

«Nous aurions besoin de considérer nos propres règles et sensibilité culturelle. Il est clair que nous ne sommes pas opposés à la burqa. Actuellement, nous n’avons pas eu de demandes de recrues potentielles à porter la burqa, mais si une telle requête avait lieu, ce serait à prendre en considération», a déclaré le chef de police David Thompson au Telegraph.

tweet-police-burmingham

La police de West Midlands, rapporte le Daily Mail, a lancé sa campagne de recrutement début septembre. 6.000 personnes ont postulé pour 1.100 postes. Sa politique sur les BME (Black and minority ethnic) lui a valu d’être reconnue comme l’un des employeurs les plus favorables à l’intégration, classée 7e du Top 50 par le jury britannique décernant le Prix d’excellence en matière de diversité.

Par Lucile André

http://m.geopolis.francetvinfo.fr/grande-bretagne-des-policieres-bientot-en-burqa-dans-les-rues-de-birmingham-117761

Attentat de Munich : un négationnisme d’un nouveau genre

David Ali SonbolyPar Anthony Mitrano

David Ali Sonboly, le terroriste Germano-iranien de 18 ans qui a tué 9 personnes à Munich vendredi 22 juillet  avant de se suicider.

 

 

Que l’Allemagne officielle est pathétique lorsqu’elle nie sciemment le caractère djihadiste des terroristes qui la poignarde en son sein. Ce ne sont que des déséquilibrés, des cas isolés fascinés par l’horreur nous dit-on. Tout au plus ils n’ont qu’un lointain rapport avec l’islam, et plus sûrement, sans peur de rapprochement douteux, évasif et incertain, il est préférable de les assimiler pour certains aux néonazis, – qui selon Merkel et les médias officiels –  est le véritable fléau qui menace la paix et le bien vivre ensemble dans l’Allemagne de 2016. Continuer la lecture de « Attentat de Munich : un négationnisme d’un nouveau genre »

Brexit : vingt intellectuels eurocritiques lancent un appel pour un nouveau traité

Onfray PolonyTRIBUNE – Les auteurs* demandent une renégociation des traités qui s’articulerait autour de trois priorités : la souveraineté, la prospérité et l’indépendance stratégique.

Le peuple britannique a exprimé souverainement sa volonté de rester maître des décisions qui le concernent. Ce vote courageux et massif est évidemment une claque pour la dérive technocratique dans laquelle l’Union européenne actuelle s’est laissé enfermer depuis au moins trois décennies, sur la base de traités marqués au coin du néolibéralisme alors triomphant (Acte unique, traité de Maastricht, traité de Lisbonne), ou de l’ordo-libéralisme allemand (traité de cohérence budgétaire dit «TSCG» de 2012).

Tout montre que dans la plupart des pays européens, les citoyens n’acceptent plus d’être gouvernés par des instances non élues, fonctionnant en toute opacité.

Tout montre que dans la plupart des pays européens, les citoyens n’acceptent plus d’être gouvernés par des instances non élues, fonctionnant en toute opacité. Le vote britannique peut être une chance: il doit être l’occasion de réorienter la construction européenne, en articulant la démocratie qui vit dans les nations avec une démocratie européenne qui reste à construire.

Nous demandons la réunion d’une conférence européenne sur le modèle de la conférence de Messine de 1955 qui, après l’échec de la Communauté européenne de défense (CED), a permis de remettre la construction européenne sur les rails et a préparé efficacement le traité de Rome. Cette conférence se réunirait à vingt-sept, avec un statut spécial d’observateur pour la Grande-Bretagne.

Cette conférence aurait pour objet la renégociation des traités sur les trois questions cruciales dont la méconnaissance a conduit à l’affaissement de l’actuelle construction européenne : la souveraineté, c’est-à-dire la démocratie, la prospérité et l’indépendance stratégique.

D’abord rendre à la souveraineté populaire et à la démocratie leurs droits dans une Europe confédérale qui serait faite de l’entente et de la coopération entre les nations : cela suppose une réorganisation profonde des compétences et, le cas échéant, du mode de désignation des institutions européennes (Conseil, Commission, Parlement, Cour de justice, BCE). Il faudrait notamment outiller le Conseil européen où vit la légitimité démocratique en le dotant des services capables de préparer et exécuter ses décisions. De même le Parlement européen devrait procéder des Parlements nationaux pour que les compétences déléguées puissent être démocratiquement contrôlées.

Le paradigme néolibéral – la croyance en l’efficience des marchés – ne peut se substituer à la définition de politiques industrielles et d’un cadrage social.

Ensuite, rendre à l’économie européenne les clés de la prospérité en revoyant profondément les règles actuelles en matière de politique économique et monétaire. Le paradigme néolibéral – la croyance en l’efficience des marchés – ne peut se substituer à la définition de politiques industrielles et d’un cadrage social. Le modèle mercantiliste allemand (excédent extérieur approchant les 10 % du PIB) est intransposable aux autres pays et notamment à ceux de l’Europe du Sud. Il faut redéfinir un modèle européen de développement acceptable pour tous les Européens.

Enfin, il faut donner à l’Europe la capacité stratégique qui lui a toujours fait défaut depuis l’origine. Nous nous rapprocherions ainsi de l’«Europe européenne» du général de Gaulle: il faudra pour cela renouer un dialogue avec la Russie, pays européen indispensable pour l’établissement d’une sécurité dont toutes nos nations ont besoin et définir des politiques ambitieuses et cohérentes de co-développement vis-à-vis de l’Afrique et au Moyen-Orient.

Ce sont là les trois clés de l’avenir de l’Europe. Nous avons la conviction qu’il appartient à la France de lancer cette grande initiative qui proposera de remettre l’Union européenne sur ses pieds. Les peuples européens et pas seulement le nôtre, l’attendent. Nous faillirions à notre devoir de citoyens français mais aussi d’Européens si nous n’agissions pas pour que la France se porte aux avant-postes de cette grande tâche.

Nous appelons tous ceux qui refusent le rétrécissement du champ de l’avenir à œuvrer pour réorienter la construction européenne sur ces bases nouvelles.

Liste des signataires : Marie-Françoise Bechtel, Guillaume Bigot, Jean-Pierre Chevènement, Gabriel Colletis, Éric Conan, Franck Dedieu, Alain Dejammet, Éric Delbecque, Jean-Pierre Gérard, Christophe Guilluy, Loïc Hennekinne, Paul Jorion, Jean-Michel Naulot, Michel Onfray, Natacha Polony, Jean-Michel Quatrepoint, Emmanuel Lévy, Benjamin Masse-Stamberger, Claude Revel, Henri Sterdyniak, Jacques Sapir, Paul Thibaud

Brexit vainqueur : passons à un traité basé sur l’Europe des nations.

BrexitUne majorité de Britanniques et de Nord-Irlandais se sont donc exprimés hier en faveur d’une sortie du Royaume-Uni  de l’Union Européenne. Ce vote s’inscrit dans la lignée des critiques qu’ont pu formuler d’autres peuples européens – notamment les Pays-bas et France en 2005 contre le TCE – face à l’Europe telle qu’elle se construit depuis de trop nombreuses années à présent.

L’UE semble de plus en plus à la croisée des chemins. Si elle ne veut pas disparaître et avec la belle idée européenne qui a été galvaudée au profit d’une technocratie non élue, il est temps que l’UE entende la volonté des peuples en même temps qu’elle se réinvente !

Dans cet esprit, il est vital que les dirigeants européens s’inspire du dit  » Traité alternatif pour une Europe des Nations et des Projets« , que vous trouverez dans son intégralité.

Traité alternatif pour une Europe des Nations et des Projets

Anthony Mitrano